Fouchères

Géographie :

Situé dans le département de l’Aube et la région du Grand Est (anciennement Région Champagne-Ardenne), proche du parc naturel régional de la Forêt d’Orient, Fouchères fait partie de la Communauté de communes du Barséquanais en Champagne. Entouré par les communes de Courtenot, Chappes et Rumilly-lès-Vaudes, Fouchères est situé à 3 km au nord-ouest de Virey-sous-Bar la plus grande ville à proximité. Situé à 135 mètres d’altitude, le Fleuve La Seine est le principal cours d’eau qui traverse la commune de Fouchères.

Population :

La commune s’étend sur 8,6 km² et compte 526 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2006. Avec une densité de 61,3 habitants par km², Fouchères a connu une nette hausse de 16,9% de sa population par rapport à 1999. Ses habitants sont appelés les Foucherois et les Foucheroises.

Histoire :

L’église (et ainsi la commune) de Fouchères fut donnée, à la fin xie, à l’abbaye de Molesme, qui y établit un prieuré. En 1250, elle fit un acte de pariage avec Thibaut IV, comte de Champagne.

À la Révolution, la seigneurie appartenait à François Rémond, marquis de Montmort.

Au XIXe, le château de Vaux (construit entre 1720 et 1740) fut acheté par Maupas, préfet de police du 2 décembre.

Curiosités :

  • Voie romaine.
  • Substructions antiques au lieu-dit la Varie.
  • Eglise du XIIe (MH)
    • Portail à Chapiteau historiés dont un représentant un miracle de saint Bernard
    • Mausolée très restauré 19e d’Hélion d’Amoncourt prieur de Fouchères 16e (C)
    • Ex-voto présumé de croisé (15e/16e
    • Croix de prossession en argent du 16e
    • Statues du 16e
    • Vitrail du 16e
    • Enfeu de René d’Amoncourt
    • Curée de Dinteville 1605 (C)Croix de cimetière (IMH)
    • Croix de carrefour portant une vierge champenoise du 14e (MH) restaurée 19e
  • Restes du prieuré de Molesme
    • Tour, cellier,grande salle,cheminée avec écusson,
  • Colombier
  • Château de Vaux

Château de vaux

Source :
https://www.aube-champagne.com/fr/poi/chateau-de-vaux/

Issu d’une famille troyenne d’officiers royaux, Jacques d’Aubeterre, capitaine de cavalerie, hérite de son père la terre de Vaux au début du XVIIIe siècle. Il a épousé la fille de son voisin Louis-François Hennequin, seigneur de Charmont et membre des Conseils du Roi, et a obtenu l’érection en comté de ses terres de Vaux et de Jully. Lorsque vers 1716, il fait entreprendre la construction d’une grande demeure à la mesure de sa réussite, il en demande les plans à Germain Boffrand, l’un des meilleurs architectes de la Régence.

Peut-être a-t-il vu un peu grand, car les travaux prennent du retard et les créanciers s’inquiètent. A sa mort, en 1726, les aménagements intérieurs sont loin d’être achevés. Son fils s’est fixé en Bavière au service de l’Electeur, allié de la France et futur empereur. Il ne rentre que pour mourir en 1754 dans l’unique appartement habitable du château.
Il faut encore attendre six ans pour que le marquis de Montmort, acquéreur du domaine, fasse achever les appartements de cette grande demeure.

Emile de Maupas, qui achète le domaine en 1855, est un proche de Napoléon III et un acteur essentiel du coup d’Etat qui a conduit au Second Empire. Il fait moderniser les appartements où il se retire et mène une existence brillante jusqu’à sa mort, en 1888.
Délaissé avant la dernière guerre, puis inhabité, le château connaît une longue déchéance jusqu’à Philippe Vallery-Radot qui, en 1971, fait procéder aux travaux conservatoire les plus urgents. A nouveau retombé dans un oubli qui, aux yeux de tous, ne peut que conduire à une ruine inéluctable, il vient d’être acquis par M. Edouard Guyot qui a courageusement entrepris de le faire revivre.

A Vaux, la qualité de l’architecture va de pair avec celle de son cadre grandiose. Cette majestueuse demeure Régence est magnifiquement mise en valeur par sa situation au milieu d’une vaste clairière, à l’extrémité d’une grande allée rectiligne, longue de plus de deux kilomètres, tracée dans un vallon forestier.

Lire la suite ici….

Activités :

Polyculture

Fête patronale et communale est le 3ème dimanche de Mai