BAR-SUR-AUBE

A noter pour les armoiries de Bar-Sur-Aube  au 1er de gueules au bar d’argent, au 2e d’azur à la bande d’argent, côtoyée de deux doubles cotices potencées contre-potencées d’or; au chef cousu d’azur chargé de trois abeilles en vol d’or.

La côte des Bar est délimitée par BAR-SUR-AUBE à l’Est et à l’Ouest par LES RICEYS avec entre, BAR-SUR-SEINE, ESSOYES, MUSSY SUR SEINE.

Situation : De troyes prendre la RN19 en direction de Bar sur Aube dans la vallée de l’Aube !

Histoire : Bar-Sur-Aube (comme Bar-Sur-Seine et Troyes) remonte à la plus haute antiquité. Les étymologistes veulent que son nom lui vienne de « Barrum » qui, en celtique, veut dire port, lieu élevé, montagne, lieu fort, et, en basse latinité, barrière. « Segessera » (montagne fortifiée), « Barrum », « super Albam », « Castrum Barris montis » sont les noms qui lui sont donnés dans l’antiquité. César, dans ses commentaires, nous parle de « Segessera » ; son territoire faisait alors partie de la Gaule celtique ou lyonnaise. Sobriquet attribué autrefois aux habitants : les Baralbois ou les chiens-Loups.

A l’époque gauloise, oppidum du mont Sainte-Germaine, sainte qui aurait été martyrisée au 5ème par les Vandales. A l’époque franque, chef-lieu du vaste Pagus Barrensis (Barrois) et atelier monétaire. Des potins (type au cheval) aux nom de TOGIRIX (chef des Séquanes) et Jules César furent produits sur la colline Sainte Germaine en 52 avant Jésus-Christ. La ville est dévastée par Attila et en 448, les Romains sont chassés par les Francs. Après le partage du royaume de Clovis par ses fils, la ville fait partie de l’Austrasie.

Pendant la période des Comtes de Champagne, la ville prend une grande importance, avec les foires de Champagne, où les commerçants des Flandres et d’Italie s’échangeaient épices d’Orient, soie, textiles et produits bruts venus du Nord de l’Europe à la mi-février et à la mi-avril. Elle fut ensuite réunie à la couronne de France. En 1318, Philippe V le Long ayant vendu la ville à Jacques de Croy, les habitants se rachetèrent et obtinrent que le roi ne puisse plus la vendre ni l’aliéner. Lorsque Charles Quint assiégea la ville Saint-Dizier, les habitants des villages voisins se mirent sous sa protection. Le dernier de ses comtes particuliers fut Simon de Valois. Puis Bar-sur-Aube passa aux comtes de Champagne, sous lesquels la ville, un temps siège d’une mairie, était une des six foires de Champagne. Fin 1435, elle fut engagée à Antoine de Croÿ. En 1440, Alexandre, bâtard de Bourbon, fut cousu dans un sac et jeté dans l’Aube; une chapelle expiatoire, bâtie sur le pont, fut détruite en 1940.

La ville souffrit d’une longue peste en 1636, qui provoqua l’arrêt de la foire. Du 15ème à la Révolution, Bar-sur-Aube fut le siège d’un grenier à sel et d’une importante élection. La Révolution française y fut bien accueillie, les couvents en disparurent. En 1911, la révolte des vignerons opposa les vignerons Aubois aux négociants Marnais afin de maintenir le vignoble dans l’appellation contrôlée « Champagne ». Sous-préfecture depuis l’an VIII. La ville a donné son nom au trouvère Bertrand de Bar ; ville natale de Sommerard (1779-1842), fondateur du musée de Cluny, des hommes politiques Beugnot (1761-1835) et Maupas (1818-1888), du compositeur Maurice Emmanuel, du philosophe Gaston Bachelard.

Curiosités : 

Eglise Saint-Maclou* (MH), (XIIe et XIVe siècle). L’église Saint-Maclou (MH) est une ancienne collégiale fondée par Henri Ier le Large, comte de Champagne. Son clocher est le seul vestige du Château des Comtes, qui fut détruit après la Ligue sur ordre d’Henri IV. Ancienne collégiale fondée par Henri Ier le Large, comte de Champagne (interdite à la visite en raison de son état) : façade nord; tour qui commandait l’entrée du château des comtes dont, sous le porche, se remarquent encore les rainures de la herse et les gonds, nef, transept et bas-côtés 12ème, choeur repris 14ème, portail principal 18ème; précieuses pierres tombales, dont celles de Gillebin de Pons, élu et capitaine de Bar 15ème, et de Jean de Monstier, capitaine de Bar 15ème, retable du maître-autel, par Bouchardon 1745, stalles et lambris du choeur 18ème. Hélas, aujourd’hui cette église est interdite à la visite en raison de son état. Pour voir quelques photos de plus….

Ce que vous pourrez admirer :

Sa façade nord; sa tour qui commandait l’entrée du château des comtes dont, sous le porche, se remarquent encore les rainures de la herse et les gonds; Son portail principal 18ème;

Ce que vous ne pourrez malheureusement pas voir : L’église est en très mauvais état. Elle a été étayée pour qu’elle ne s’ecroule ! Dommage.

Nef, transept et bas-côtés 12ème, choeur repris 14ème, précieuses pierres tombales, dont celles de Gillebin de Pons, élu et capitaine de Bar 15ème, et de Jean de Monstier, capitaine de Bar 15ème, retable du maître-autel, par Bouchardon 1745, stalles et lambris du choeur 18ème.

Eglise Saint-Pierre 12ème/13ème (MH), avec son Halloy, une galerie en bois qui servait aux marchands au temps des foires.

Ancienne église prieurale dépendant de l’abbaye de Saint-Oyend de Jou (Saint-Claude) : halloy (galerie de bois servant de halle) 14ème très restauré 20ème,

vantaux du portait sud 16ème, portail ouest, ancienne mesure à grains, très belles statues 13ème/14ème/16ème, tableaux 16ème/17ème, buffet d’orgue provenant de l’abbaye de Remiremont 18ème; en dépôt de l’église Saint-Maclou : phylactère de la dent de saint Maclou 13ème, croix de procession 12ème/15ème et 16ème, statues 14ème/16ème. « Petit Clairvaux », (Pour voir quelques photos de plus…. )

Rue Vouillemont, maison où l’abbaye de Clairvaux se réfugia pendant les guerres du 14ème : fenêtres romanes, caves voûtées (IMH). Restes de la commanderie de Bar, où le prieuré de Champagne tint ses premiers chapitres provinciaux, 14 rue Nationale. Vestiges gothiques 15ème de l’ancien hôpital du Saint-Esprit, avenue Général-Leclerc. Hôpital Saint-Nicolas, ancienne abbaye de femmes : chapelle, Education de la Vierge 16ème.

Ancien couvent des Ursulines, actuellement hôtel de ville 17ème (IMH).

Nombreuses maisons intéressantes à pans de bois,

dont 33 rue d’Aube (IMH), 44 même rue (IMH), maison Renaissance rue Saint-Pierre (IMH) (musée et bibliothèque); maison à pans de bois 79 rue Nationale (MH); portes 16ème rue du Prieuré (MH).

La maison des Trois-Tours (IHM);

Portails rue Saint-Pierre (MH) et petite rue Saint-Pierre (IMH). Chapelle Saint-Jean (Ordre de Saint-Jean)

Gendarmerie 1776.

Rive droite de l’Aube (SI). Panorama de la N384. Coteaux boisés. Point de vue de la colline Sainte-Germaine.

Ci-dessous : Le château du Jard 18ème, où résidèrent Alexandre de Russie et Frédéric de Prusse en 1814, quartier général de Joffre pendant la bataille de la Marne (sept. 1914).

Colline Sainte-Germaine : (ci-après)


Oppidum celte, site archéologique et fouilles. Ste Germaine : Point de vue situé à 349 m d’altitude. Vue magnifique sur toute le vallée, table d’orientation. Subsistent encore les restes des remblais et des fossés d’un oppidum gaulois, communément appelé le « camp romain ». On peut aussi voir les traces d’anciennes fortifications. Une chapelle est dédiée à Ste Germaine. Une croix de fer sur un socle de pierre, marque l’endroit où Ste Germaine fut décapitée sur ordre d’Attila.
Fontaine Ste Germaine : A mi-chemin de Bar sur Aube et de Fontaine (rue G.Bachelard prolongée à mi-hauteur de la colline) – Ci dessous, la chappelle Sainte Germaine où est inhumé le général Vouillemont (1753-1846), sur la colline Sainte-Germaine d’où on a un magnifique point de vue sur Bar Sur Aube.

Musées Aux environs :

Bayel : Écomusée du Cristal Arsonval : Musée Loukine.


Colombey-les-Deux-Églises : Mémorial du général de Gaulle et Boisserie.


Autres :


  • Château de Cirey-sur-Blaise (Voltaire).
  • Lacs : Lac du Der et Lac d’Orient (voile, sports nautiques et loisirs de famille) –
  • Lac du Temple (parc naturel et pêche) –
  • Lac Amance (motonautisme et vitesse)).
  • Forêts et bois : la forêt de Clairvaux –
  • Rivière Aube –
  • Route touristique du Champagne.


Personnes célèbres : 

  • Sainte Germaine, martyre en 451.
  • Bertrand de Bar, trouvère du XIIIe siècle.
  • Étienne d’Acier, poète, disciple de Ronsard, XVIe siècle.
  • Gaston Bachelard, philosophe (1884-1962).
  • Armand Beauvais, peintre rural (1840-1911)

Sports :

Multiple ! Chasse, pêche, aéro-club, canoë-kayak, équitation. Piscine, etc …

Fête Locale : 

Ville fleurie « 2 fleurs ». Fête patronale : veille des Rameaux. Fête des jonquilles : avr. Pèlerinage de Sainte-Germaine : 1/5. Foire aux fromages en juin. Foire Médiévale, premier week-end de Septembre ; Foire aux vins de Champagne : 2ème dim. sept.

La foire aux fromages (traditionnellement située sur la colline Sainte Germaine) est une vaste dégustation de fromages de toutes les régions de France mais et surtout de notre département ! Le samedi soir, un feu d’artifice magnifique est tiré, non loin du réémetteur TDF. A voir absolument !

Activités économiques :

 Polyculture ; Coopérative chanvrière ; intdustries ; Artisans ; Pisciculture ; Vignes A.O.C. de Champagne.

La plupart des vins de Champagne proviennent du département de la Marne (sur terrains crétacés), de la vallée de la Marne (jusqu’à l’Ouest de Château-Thierry), et sur une série de terroirs à cheval sur les terrains Tertiaires et Crétacés (Avize, Vertus, Sézanne…) Les Champagnes de l’Aube sont très excentrés, très méridionaux, par rapport aux autres Champagnes, et sont sur des terrains jurassiques. Ce sont donc des champagnes particuliers. Cette aire des Champagnes de l’Aube regroupe d’autres communes voisines comme Les Riceys et Bar-sur-Seine. Leur appellation « Champagne » date en fait des années 1920, suite à une révolte de vignerons qui voulaient y être rattachés et ne plus être considérés comme Bourgogne. Qui plus est, comme en Bourgogne, la petite propriété domine, à l’inverse des vignobles de Champagne plus septentrionaux. Il faut dire qu’on est presque sur l’espace décrit par Balzac dans Les Paysans, où l’on voit comment les intrigues de ces ruraux très revendicatifs aboutissent au morcellement de la propriété et à la formation d’un bocage. Ce fait géographique, précisément, montre que cette zone est une aire curieuse pour le Champagne : quand on suit la route de Montbard (21) vers Les Riceys (10), on voit progressivement le bocage bourguignon se relâcher, s’élargir. On le voit mourir à l’approche de la forêt de Laignes, mais il reparaît timidement aux Riceys. Or, le terme Champagne signifie étymogiquement champs ouverts, openfield, et s’oppose donc par nature à l’idée de bocage ! Quel paradoxe de produire du Champagne dans un espace presque semi-bocager !

Certains vignerons du Barsuraubois, réunis dans la confrérie St Paul St Vincent, vous invitent à déguster le pur produit de leur région, dans le chalet dégustation situé à la sortie de Bar sur Aube sur la RN19 direction Chaumont (ouvert du 1er Juillet au 15 Septembre, se renseigner auprès de Mr PARADIS à Colombé le Sec)

 Mairie : Hôtel de Ville 10200 BAR-SUR-AUBE
Téléphone : 03.25.27.04.21 – Télécopie : 03.25.27.22.91
E-Mail : mairie.bar-sur-aube@cc-bar-sur-aube.fr

Camping municipal. Office de tourisme. Gare SNCF (ci-dessous) TER et Grandes Lignes trains corail

Site Officiel Internet : barsuraube.net
Cartes et Itinéraires routiers avec MICHELIN (site précieux !)

Renseignements Administratifs : 

les habitants : les baralbins

Nom de la communeBar sur AubeRégionChampagne-ArdenneDépartementAube (10)Code postal10 200
Population6519 habitantsSuperficie1627 hectaresAltitude165 mètres