Les célébrités barséquanaises

C’est complètement fou ! Combien de petites villes françaises d’environ 3300 habitants, peuvent-elles se vanter d’avoir vu naître autant de célébrités ? Et que dire de celles et ceux qui vinrent y vivre un temps plus ou moins long ? Ajoutons à cela les célébrités nées ou ayant séjourné dans les villages alentours, le lecteur-internaute sera sans nul doute incroyablement surpris au sortir de la lecture de cette page.

 
Depuis toujours, la ville attire des intellectuels, des peintres, des sculpteurs, des écrivains,.. Elle a même donné naissance à une Gente Dame qui deviendra Reine de France et de Navarre…
 
Cette page, qui leur est consacrée, va vous surprendre tant de grands noms y figurent pour la postérité.

La France au Moyen-Âge

Le comté de Champagne est rattaché au domaine royal par le mariage de Jeanne de Navarre, comtesse de Champagne, et du dauphin Philippe le Bel en 1284. Le rattachement est rendu définitif par leur fils Louis X le Hutin.

Jeanne 1ère de Navarre (née le 14 janvier 1273 à Bar-sur-Seine, Champagne – morte le 2 avril 1305 à Vincennes, France), princesse de la maison de Champagne. Jeanne 1ère était la fille du roi Henri 1er de Navarre et de Blanche d’Artois, de lignée capétienne.

Elle épousa, le 16 août 1284, à l’âge de 11 ans, l’héritier de la couronne de France, Philippe, qui devint ainsi roi de Navarre sous le nom de Philippe Ier (1284-1305).

En 1285, son époux devint roi de France sous le nom de Philippe IV le Bel. Elle lui donna six enfants, dont une fille, Isabelle, qui devint reine consort d’Angleterre et trois fils, tous devenus rois de France.

Jeanne Ire de Navarre fut reine de Navarre de 1274 à 1305 et reine de France de 1285 à 1305.

Malgré son mariage, elle continua de régner seule sur ses domaines. Elle est à l’origine de la création du collège de Navarre et de l’hôtel-Dieu de Château-Thierry.

Quelques chronologies

Liste des maires de Bar-Sur-Seine jusqu’à la révolution :

Pour ceux et celles intéressés par l’histoire de la mairie voici un petit bonus :

Une commune est érigée en 1231 et à partir de 1630 ils furent nommés par le roi, devinrent maires perpétuels et lieutenant général de police : Jobert Hacquetin, bourgeois de Bar

puis chronologiquement, 1237 : Gautier, 1242 : Gautier Cochet, dit Gauterin, 1253 : Jacques dit Darolles, 1256 : Jacques, le même ?, 1260 : Raoul, 1287 : Jacquinot JOrre, 1290 : Étienne du Châtelet, 1302 : Mathieu Tartiers, 1304 : Jobert Aquetin, 1305 : Jacques Boursetrouée, … à partir d’ici, on manque d’infos puis,

1629 : Antoine Vigner, 1631 : Pierre Coquelet, 1632 : François Royer, 1633 : Henri Levere, 1640 : Antoine ROyer, 1641 : Antoine de Vienne, 1644 : Chauchat, 1647 : Jean de Lausserois, 1656 : Guyot Drouin, 1657 : Pierre Coquely … à nouveau on manque d’infos puis,

1670-71 : Jean Charlot, 1672-73 : Nicolas Belin, 1673-74 : Jean Texier, 1691-92 : Etienne Bourbonne, 1697-1707 : Richard Le Breton, 1711-1733 : François Boudey, 1739-1750 : Tomassin, 1757-1759 : Pierre-Paul Le Texier, 1759 : Etienne-Anne Le Texier, 1763-1772 : Pierre Rouget, 1772-1789 : Gabriel Vautier.

Liste des comtes de Bar-sur-Seine

Comtes du Pagus Latiscencis, ou comtes du Lassois :

  • Renard de Woëvre (c. 890)
  • Réginald de Woëvre, (950-997)
  • Raoul III de Woëvre, (c. 965). Vivait encore à l’époque de Brunon de Roucy, évêque de Langres
  • ? – 997 : Rainard de Bar-sur-Seine († c. 997), fils de Raoul qui précède une fille Ermengarde qui suit 997-998 : Milon II, comte de Tonnerre, marié à Ermengarde
  • 998-1002 : Herbert III de Vermandois, second époux d’Ermengarde
  • 1002- ? : Renaud Ier de Tonnerre, fils de Milon II (tutelle de sa mère Ermengarde)
  • ?- 1039 : Renaud Ier, comte de Tonnerre et de Bar-sur-Seine marié à Erwise, Trois enfants, Othon († 1036), Arduin évêque de Langres († 1065), Ermengarde (v. 1032-1083)
  • 1040 : Guy de Tonnerre, frère du précédent
  • 1040/1-1046 : Milon III de Tonnerre / Milon I de Bar-sur-Seine († 1046), frère du précédent, marié à Azeca, sœur d’Erwise Six enfants, Guy II († av. 1046), Hugues Renaud qui suit, Valéran († av. 1046), Guy III, Geoffroy seigneur de Polisy, Eustachie qui suit également
  • 1046- c. 1065/72 : Hugues Renaud qui devient ensuite évêque de Langres en 1065
  • 1065/72-1089/90 : Gauthier Ier de Brienne, Marié à Eustachie, fille de Milon III de Tonnerre. Héritière du comté de Bar-sur-Seine par son frère Hugues Renaud,
  • Quatre ou peut être Cinq enfants, dont Érard Ier de Brienne, Milon qui suit, Engelbert devenu moine…
  • 1089/90- 1125/28 : Milon II de Bar,, / Milon I de Brienne,, fils du précédent Marié à Mathilde de Noyers
  • Quatre fils, Guy qui suit, Rainard abbé de Cîteaux, Herbert dit le Gros seigneur de Ville-sur-Arce, Thomas de Buxeuil
  • 1125/28-1146 : Guy I de Bar / Guy I de Brienne Marié vers 1126 à Isabelle de Villemaure (v. 1103- ?), fille de Manassès I de Villemaure
  • Marié à Pétronille de Chacenay bien avant 1139 six ou sept enfants, dont Milon qui suit, Guillaume et Guy († av. 1151), Manassès qui deviendra évêque et Thibaut.
  • 1147-1151/59 : Milon III de Bar / Milon II de Brienne (1125-1151/59)
  • Marié à Agnès de Trainel, fille de Guy de Baudémont
  • Une fille, Pétronille mariée en 1168 à Hugues IV du Puiset
  • Une charte du comte Manassès de Bar qui suivra laisse penser que c’était son fils et qu’il y avait un autre fils du nom de Thibaut
  • 1151/59-1161 : Pétronille de Chacenay, régente du comté
  • 1161-1168 : Manassès de Bar,[31],[32] (1146-1168 ou v. 1125-1193). Il n’est pas certain qu’il s’agisse de celui qui entre dans les ordres en 1168 et deviendra évêque de Langres en 1179
  • 1168-1189/93 : Hugues IV du Puiset[33], de la famille des vicomtes de Chartres Marié à Pétronille, fille de Milon III et nièce de Manassès deux enfants, Milon qui suit et Marguerite
  • 1189/93-1219 : Milon IV de Bar († 17 août 1219), était également Vicomte de Chartres Marié à Elissendre, fille de Renaud de Joigny. Deux enfants, Gaulcher († 29 juillet 1219 au siège de Damiette ) et une fille devenue religieuse. (Guillaume de Chartres étant parfois désigné à tort comme l’un de ses fils)
  • 1220-1223 : Ellissendre, veuve de Milon IV. Milon mort après ses deux fils, la succession entre les ayants droit est conflictuelle et le comté est vendu à Thibaut Ier de Navarre en 1223

Personnalités liées à la commune de Bar-Sur-Seine ou aux communes alentours

1000 – XIe siècle :

Le duché de Bourgogne comprend Bar-sur-Seine comme premier comté sous Milon Ier

1100 – XIIe siècle

Nous manquons d’information sur cette période

1200 – XIIIe siècle

Jeanne 1re de Navarre, née à Bar-sur-Seine (1273-1305), reine de Navarre de 1274 à 1305 et reine de France de 1285 à 1305.

Sceaux de Jeanne de Navarre

17 août 1218/19 : Mort de Milon IV, comte de Bar-sur-Seine pendant la cinquième croisade

1223 : Thibaut Ier de Navarre acquiert les droits des héritiers de Milon IV

1239: Thibaut fait hommage de Bar-sur-Seine à Robert de Torotte, évêque de Langres

1273 : Bar-sur-Seine passe aux mains d’Henri III dit le Gros, roi de Navarre et comte de Champagne. Naissance de sa fille Jeanne Ire de Navarre, future reine de France, dans ce château.

14 août 1284: Bar-sur-Seine passe à la couronne de France par le mariage de Jeanne de Navarre avec Philippe IV le Bel.

1300 – XIVe siècle

Nous manquons d’information sur cette période

1400 – XVe siècle

1435 : Charles VII de France démembre Bar-sur-Seine de la couronne et le donne à Philippe III de Bourgogne par le traité d’Arras

1477 : Louis XI profite de la mort du duc de Bourgogne Charles le Téméraire pour réunir de nouveau Bar-sur-Seine à la couronne de France. Il avait fait annuler en 1470 le traité de Péronne qui confirmait celui d’Arras. En fait, dès 1475, la ville est reprise par les partisans du roi Valois qui nomme en 1475 Jacques de Dinteville, capitaine de Beaune, gouverneur et comte usufruitier/viager de Bar-sur-Seine .

1500 – XVIe siècle

Pierre Poupo, né à Bar-sur-Seine (1552-1590), poète, auteur de La Muse Chrestienne.

Jean Bonnefons (1554-v. 1614), poète néolatin. Il exerça pendant une trentaine d’années la charge de lieutenant général à Bar-sur-Seine .

François Ier (roi 1515–1547) donne le comté de Bar-sur-Seine en apanage à sa demi-sœur Jeanne d’Orléans, épouse de Jean de Longwy. Leur fille Jacqueline, comtesse de Bar-sur-Seine , épouse Louis de Bourbon-Vendôme, duc de Montpensier.

Règne d’Henri IV (1589-1610) : le roi confirme (ou engage ?) Bar-sur-Seine à Henri de Bourbon, duc de Montpensier, petit-fils de Louis de Bourbon-Vendôme et Jacqueline de Longwy.

1594 : les habitants profitent du désordre politique provoqué par les guerres de religion et détruisent le château.

Retour en haut de la page

1600 -XVIIe siècle

Nous manquons d’information sur cette période

1700 – XVIIIe siècle

Jean-Baptiste Victor Chanez, né à Bar-sur-Seine (1746-1825), général des armées de la

Alexandre de Ferrière, né à Bar-sur-Seine (1771-1848), auteur dramatique, écrivain, éditeur et journaliste.

1800 – XIXe siècle

Paul Jules Portier, né à Bar-sur-Seine (1866-1962), zoologiste et biologiste marin français (travaux sur l’anaphylaxie) et mort le 26 janvier 1962 à Bourg-la-Reine.

Les frères Goncourt Edmond de Goncourt et Jules de Goncourt y firent de nombreux séjours entre 1834 et 1878.


Les frères Goncourt

Henri Caruchet, né à Bar-sur-Seine (1873-1948), peintre et illustrateur Art Nouveau.


Emaux et Camées de Théophile Gautier – Illustrations d’Henri Caruchet

Henri Émile Caruchet est né le 4 décembre 1873 à Bar-sur-Seine et mort le 2 janvier 1948 à Paris 14e. C’est un artiste-peintre, aquarelliste, illustrateur et poète français, proche du style Art nouveau. Henri Caruchet est le deuxième fils de Marie-Julie Riedmann et du peintre Eugène Caruchet (auteur de nombreux paysages, il mourra en 1915). Ses parents habitent Bar-sur-Seine et ont deux autres fils, Gabriel et Marcel. Il entre en 1892 à l’École nationale des beaux-arts de Paris où il fréquente les cours de Gustave Moreau, Mathias Duval et Ernest Ange Duez.

Les productions d’Henri Caruchet sont variées. On distingue : des illustrations pour des ouvrages de bibliophilie, des caricatures pour la presse, des tableaux, des croquis pour des objets décoratifs, mais aussi des textes (poèmes, critiques, contes). Il a commis quelques images à caractère érotique qualifiées de « symbolistes ». En tant qu’illustrateur de livres, il a composé plusieurs suites dont, parmi les plus remarquées, une destinée à l’exigeant Octave Uzanne pour Voyage autour de sa chambre (1896), et une autre destinée à Pierre Louÿs pour Byblis (1901).

Maurice Marinot (1882-1960), artiste peintre et artisan verrier français. Maurice Marinot, né le 20 mars 1882 à Troyes, où il est mort le 8 février 1960, est un artiste peintre et artisan verrier français.


Maurice Marinot (1882-1960), artiste peintre et artisan verrier français.

Les maitres verriers et propriétaires des Verreries à Bar-sur-Seine, les frères Viard, donnent à Marinot son banc et un ensemble d’outils. Ils lui apprennent à souffler le verre. En 1923, Marinot cesse d’utiliser les émaux et commence à utiliser des bulles et des feuilles de métal dans ses verres et à y introduire de la couleur. La verrerie Viard Frères ferme en 1937. Marinot, malade, cesse le travail sur verre, mais continue à peindre. En 1944, les bombardements alliés de Troyes frappent son atelier, détruisant une partie de ses peintures, des dessins et une grande partie de ses verreries. L’artiste poursuit son œuvre secondé par sa fille Florence. En 1939, il se lie d’amitié avec Pierre et Denise Levy, industriels troyens. En 1976, ce couple fait un important don de ses œuvres au musée d’art moderne de Troyes. Florence Marinot donne également une partie des œuvres de son père à la ville de Lille, Limoges, Nice et Rennes. Elle donne ses archives à la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie de l’Université de Paris. (Sources Wikipédia)

Maurice Marinot ; On peut voir ses œuvres au musée d’Arts Modernes de Troyes. Verreries, tableaux, etc … Nous lui consacrons ici une page…

Armand Trumet de Fontarce (Dijon, 15 août 1824 – Bar-sur-Seine , 14 septembre 1908), docteur en médecine, conseiller général du canton et maire de Bar-sur-Seine . La vie de ses deux fils est romancée par Jim Fergus, son arrière-arrière-petit-fils, dans son livre Marie-Blanche.

1900 – XXe siècle

Auguste Renoir :

Bien qu’originaire du Limousin, et ayant réalisé à Paris et dans le midi l’essentiel de son oeuvre, Auguste Renoir aimait séjourner dans sa vaste et calme maison d’Essoyes. C’est dans le cimetière communal qu’il repose, près de sa femme, de son modèle célèbre la « Belle Gabriel » et de ses fils Pierre et Jean.

Certainement, Renoir a peint, à Essoyes, des portraits, des bouquets, des nus, … On raconte que dans les prairies de Servigny, il notait en de rapides pochades, les nuances des herbes et les mouvements des arbres pour des oeuvres plus accomplies…

Un tableau de sa main représentant le village dominé par l’église appartient à une collection particulière. (voir en fin de cette page d’autres toiles). Le village d’Essoyes, jardin secret du peintre Renoir.

L’épouse du peintre, Aline Renoir née Charigot, originaire d’Essoyes fera découvrir ce charmant bourg à Renoir. Durant plus de 30 ans la famille Renoir a séjourné tous les étés dans le village. La lumière d’Essoyes, les bords de l’Ource, les laveuses et les paysages pittoresques ont inspirés à Renoir de nombreux tableaux.

Aujourd’hui un espace dédié à la famille Renoir ainsi que l’atelier du peintre sont ouverts à la visite.

Auguste Renoir vécut et repose au cimetière d’Essoyes (Aube), aux côtés de
Jean et Pierre Renoir (ses fils) et Aline Chaligot d’où elle est originaire et Gabrielle Renard (la muse du peintre et la « gouvernante » du peintre)

Jean Renoir,

Jean Renoir sur le tournage de « La Bête Humaine »

Jean Renoir

né le 15 septembre 1894 à Paris et mort le 12 février 1979 à Beverly Hills, est un réalisateur et scénariste français.

Deuxième fils du peintre Auguste Renoir, ses films ont profondément marqué les mutations du cinéma français entre 1930 et 1950, avant d’ouvrir la porte à la Nouvelle Vague.

Jean Renoir naît en 1894 dans le quartier de Montmartre, « la maison était le pavillon 6 du 13 de la rue Girardon », en face du château des Brouillards ».

Sa mère est Aline Charigot, ancien modèle de son père, qu’Auguste Renoir a épousée en 1890. Pour s’occuper de lui, les Renoir font venir d’Essoyes, le village d’Aline, Gabrielle Renard, qui sera la muse du peintre et conservera des relations très profondes avec Jean.


Jean Renoir

Pierre Renoir,


Pierre Renoir est le fils du peintre Auguste Renoir et d’Aline Charigot et le frère du réalisateur Jean Renoir et du céramiste Claude Renoir

est un acteur français, né le 21 mars 1885, rue Houdon, dans le 18e arrondissement de Paris, ville où il est mort le 11 mars 1952 (à 66 ans) dans le 9e arrondissement.

Pierre Renoir est le fils du peintre Auguste Renoir et d’Aline Charigot et le frère du réalisateur Jean Renoir et du céramiste Claude Renoir.

Il fut un ami et un proche collaborateur de l’acteur et metteur en scène Louis Jouvet. Pierre Renoir meurt le 11 mars 1952 au 7 rue Frochot à Paris.

Sources :

Les frères Hériot

Olympe Hériot,

Fils aîné de Claude Hériot (1802-1855), marchand de vin, et de sa femme née Virginie Bertrand., Auguste Hériot quitte Essoyes, son village natal et s’installe comme vendeur à Paris.

Zacharie Olympe Hériot, dit « le commandant Hériot »,

né à Paris 8e le 13 février 1886 et mort le 12 juin 1951 dans le 16e arrondissement de Paris, est le fils aîné du commandant Olympe Hériot, directeur-propriétaire des Grands Magasins du Louvre et de Cyprienne Dubernet.

Pour en savoir plus visitez notre page consacrée aux frères Hériot

Louis Ferdinand Morel,

dit Louis Morel, né le 30 novembre 1887 à Essoyes (Aube) et mort à Troyes (Aube) le 29 mars 1975, est un peintre et sculpteur français. Pour en savoir plus visitez notre page consacrée à Louis Morel

Nous manquons d’information sur cette période

2000 – XXIe siècle

Vous tous et …. MOI

Retour en haut de la page