La Côte des Bar et la route touristique du champagne,  PLAN DU SITE,  Route Touristique du Champagne

Dégorgement et dosage

Le dégorgement

Ensuite vient l’étape du dégorgement qui consiste à ouvrir la bouteille pour en expulser le dépôt qui s’est accumulé durant la période de remuage.

Dégorgement et dosage

Concentré dans le goulot, le dépôt est prêt à être éliminé : c’est la phase de « dégorgement ». La méthode la plus couramment utilisée est le dégorgement à la glace. Le col de la bouteille est plongé dans une saumure à -20/-30 °C. Le glaçon qui se forme emprisonne le dépôt, et le tout est éjecté lors de l’ouverture de la bouteille.

photo : http://bouchons-lefevre.fr/accueil/degorgement-a-la-volee/

Pour rééquilibrer l’acidité naturelle du vin et son taux de gaz carbonique, on lui ajoute de la liqueur de dosage, appelée aussi « liqueur d’expédition ». Il s’agit de vin de réserve qui a été réfrigéré, auquel on ajoute du sucre de canne en fonction du type de champagne souhaité. C’est la dernière touche du chef de caves. Un repos de 2 à 4 mois est nécessaire pour que la liqueur épouse harmonieusement le reste du vin.

photo : http://www.champagnepetitjean-pienne.fr/

Il se fait par congélation du col : les bouteilles sont sur pointe (tête en bas). Le col est plongé dans une solution à -25°C qui congèle le dépôt. Puis la bouteille est retournée et la capsule retirée. Sous l’effet de la pression (6 bars à l’intérieur de la bouteille), le glaçon est expulsé.

On y ajoute alors de la liqueur de dosage, qui finalise le goût grâce à une légère adjonction de sucre. C’est la concentration en liqueur de dosage qui permet de faire un Champagne Brut ou un Demi-Sec, voir même un champagne dit « Brut 0 » c’est-à-dire sans liqueur de dosage.

Enfin intervient le bouchage par un bouchon de liège maintenu par un muselet métallique.

Il ne reste plus qu’à habiller les bouteilles pour pouvoir les expédier.